Vous êtes ici

Le risque inondation

La France est particulièrement exposée aux risques naturels d’inondation : la tempête Xynthia, la succession d’intempéries et d’inondations au printemps 2013 et à l’été 2014, l’ont rappelé. 

L’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI) réalisée par l’État en 2012, à l’échelle du territoire national, révèle que près d'1 Français sur 4 et 1 emploi sur 3 sont aujourd’hui potentiellement exposés.

Ces risques sont encore aggravés par les effets du changement climatique sur l’élévation du niveau moyen des mers et la multiplication possible des fortes tempêtes.

Face à ce constat, et sous l’impulsion de la directive inondation, une stratégie nationale a été mise en place. Elle fixe trois grands objectifs :

  • augmenter la sécurité des populations
  • réduire le coût des dommages
  • raccourcir fortement le délai de retour à la normale des territoires sinistrés.

Le modèle de développement proposé par le SCoT de l'aire métropolitaine bordelaise est celui d’une métropole qui met la protection des biens et des personnes contre les risques et les nuisances au coeur de ses priorités. En effet, l'aire métropolitaine bordelaise, soumise au régime fluvio-maritime, c'est à dire à la fois à l’influence de ses fleuves et à celle de l’océan lors d’un épisode de tempête, connaît des débordements des fleuves (Garonne et Dordogne) et de leurs principaux affluents, particulièrement rapides et violents qui nécessitent une prise en compte toute particulière, tant du point de vue de la protection des personnes que des biens.